Projet pédagogique de la crèche Pomme d'Api

Ce projet pédagogique est réalisé par l’équipe. Il sert de référence à la pratique des professionnelles. Notre objectif premier est de proposer à chaque enfant d’évoluer en l’absence de sa famille dans un cadre de sécurité physique et psychique afin de lui assurer un épanouissement harmonieux.
Ceci en respectant ses différents besoins, en inscrivant des valeurs centrées autour de l’enfant et de sa famille et en répondant aux normes en vigueur.
  
      I – Valeurs de la crèche


   La pratique éducative à la crèche respecte un certain nombre de valeurs liées à la prise en compte des besoins nécessaires au développement harmonieux des enfants :
 - Le respect de l’enfant. Respect de son individualité. Respect de son corps.
- Le respect des rythmes des enfants. Chaque enfant a un rythme différent selon son environnement familial et nous devons le respecter au maximum que la collectivité le permet.
- La notion de socialisation passe avant tout par la prise en compte de l'individualité de chacun au sein du groupe. Cette construction de l’individualité permet une confiance en soi et plus celle-ci est forte plus cela donne envie d’être curieux et d’aller vers l’autre et l’extérieur. Il faut être vigilant à ne pas être dans une notion de groupe mais plutôt dans une vision individuelle au sein d’un groupe. Pour cela, nous essayons de prénommer l’enfant au maximum ou encore nous utilisons le « je » ou le « tu »,  et oublions les termes génériques tel que « les enfants », « les petits » ou encore les surnoms.
- L'accompagnement de l'enfant dans la recherche de son autonomie : après avoir été suffisamment accompagné par l’adulte, l’enfant s’ouvrira plus facilement au monde. Dans la mesure du possible, nous encourageons l'enfant à "faire" par lui-même.
 - La verbalisation. Nous chercherons à tout moment à mettre des mots sur ce que l'enfant vit, nous l’aiderons à exprimer ce qu'il ressent. Nous expliquerons le pourquoi d’une limite et la répéterons autant de fois que nécessaire. Nous Réfléchirons aux mots utilisés pour être compréhensibles. Nous nous mettrons à sa hauteur pour lui parler
 - Les objets transitionnels appelés plus couramment « Doudou » sont des éléments indispensables pour la vie de l’enfant en l’absence des parents. Ceux-ci seront donc en libre accès tout au long de la journée. C’est dans la verbalisation que les professionnelles négocieront la pose des doudous.
  A ces valeurs doivent bien entendu s’accorder celles des parents et bien entendu rien de ce que nous avons défini ne doit se transformer en règles strictes et inébranlables. Ce sont des tendances que chacun s’efforcera de suivre dans la mesure du possible. Mais la faculté d’adaptation aux innombrables cas particuliers qui se présentent chaque jour restera la qualité principale d’un professionnel ou d’un parent de la crèche pomme d’api.
  
    II - Accompagnement éducatif


   1 - L’adaptation

 

Nous souhaitons une intégration progressive, afin d’aider l’enfant à s’adapter et à découvrir un milieu inconnu. 
Les parents sont donc invités à venir plusieurs fois à la crèche avec leur enfant avant de l’y laisser seul. 
Ce temps est important aussi pour les parents qui pourront ainsi faire connaissance avec le lieu et les personnes qui vont accueillir leur enfant, et qui profiteront de ce temps passé ensemble pour leur transmettre toutes les informations sur les rythmes et habitudes de celui-ci. 
Il semble difficile d’établir de façon précise le temps de cette intégration


« A chacun son rythme »
   

Mais d’une manière générale il est proposé une adaptation sur une semaine découpée de la manière suivante :
Lundi : un temps avec le parent et son enfant sur un moment d’éveil hors temps repas /sommeil.
Mardi : un temps avec le parent et son enfant sur un moment de repas (temps dit sensible)
Mercredi : un temps de séparation parent/enfant de courte durée sur un moment d’éveil
Jeudi : un temps de séparation plus long et incluant un moment de repas et/ou sieste
Vendredi : une petite journée incluant temps d’éveil et temps dit sensible.


   2 - L’accueil
 
Avec l’enfant : La journée à la crèche doit se préparer avant même l’arrivée de l’enfant. On peut lui en parler à la maison ou dans la voiture, cela le prépare à la séparation et atténue son angoisse. Le moment de séparation doit être clair dans l’esprit de l’enfant pour qu’il puisse être disposé à aller vers la crèche. 
C’est pour cela que l’élément d’une bonne séparation est son parent (Ne pas rester trop longtemps, être clair sur ses intentions, etc…). 
Les professionnels accueilleront l’enfant en le prénommant et en l’incluant dans la collectivité. 
Pendant les retrouvailles du soir, le parent a tout loisir de prendre son temps avec son enfant au sein de la crèche afin que chacun se retrouve. 
Entre parents/ professionnels : C’est un moment d’échange et d’information sur l’enfant et sa famille. Ce moment sera le plus individualisé possible (en fonction de l’heure d’arrivée, du nombre de personnel présent, etc.) 
Les informations données aux professionnels sont importantes afin que ceux-ci soient au plus juste avec l’enfant pendant sa journée.
Pour les plus petits, les parents fourniront un cahier relais s’ils le désirent, celui-ci leur permet d’y inscrire les informations les plus importantes sur leur enfant, et les professionnels inscriront sur une feuille de rythme le déroulement de la journée de l’enfant. Toutefois un tableau est mis en place avec les informations (sieste, repas etc..) afin d’avoir un visuel général facilitant le quotidien des professionnels.
Pour les plus grands : un tableau est mis en place afin d’inscrire les informations importantes du déroulement de la journée.


   3 - Les repas
  
   La collation

Celle-ci n’existe plus après observation de sa nécessité. Mais elle fera partie de l’échange pendant l’accueil parent /professionnel sur le besoin de l’enfant et sera adaptée en fonction.

 

   Le repas du midi
Le repas renvoie à la relation affective familiale d’où la nécessité d’un accompagnement approprié (Temps dit sensible).
C’est un moment convivial où l’enfant doit se sentir en confiance afin d’y prendre plaisir. 
C’est également un repère dans le temps et pour faciliter son anticipation nous mettons en place un repère avant celui-ci : aller se laver les mains. 
  
Pour les bébés nous assurons le relais d’une manière individuelle et maternante. Ainsi les repas sont donnés dans les bras pour les non marcheurs afin de maintenir une contenance physique et psychique. 
Pour les petits marcheurs le repas est donné de manière individuelle également pour les même raisons mais sur une table et un fauteuil appropriés afin d’assurer la liberté de mouvement; 
Pour les plus grands, nous nous inscrivons dans une démarche de découvertes et d’expériences alimentaires tout en prenant en compte les lois sociales qui régissent autour du repas (rester à table avec les autres, respect du groupe). 
Nous ne forçons pas un enfant à manger ni même à goûter s’il ne le désire pas il sera juste sollicité d’une manière ludique dans la verbalisation. 
Le repas débute par le lavage des mains auprès du lavabo à hauteur des enfants. Ensuite un self est mis en place et la cuisinière assure l’aide pour le service. L’enfant découvre ainsi la totalité du repas qu’il va avoir et se sert en fonction de ses envies, cela diminue également l’attente entre les plats et participe activement à sa motricité en général (il se sert seul, se déplace avec une assiette dans l‘espace, etc…). Chaque enfant servi s’installe à table (Des tables sont installées pour des groupes de 3 à 4 enfants), il est accueilli par un professionnel qui l’aide et contribue au bon déroulement du repas dans son côté convivial et sécurisant. Le professionnel mange également afin de servir d’exemple et d’appuyer la verbalisation autour des plats. 
Le levé de table s’effectue en fonction de l’observation générale de l’adulte référent (attente de tous ou pas). La fin du repas se termine par un lavage des mains et du visage au lavabo.


   Le goûter

Pour les plus petits nous procédons de la même façon que le midi. 
pour les plus grands nous procédons également de la même façon, la seule différence est qu’il n’est installé qu’une table par groupe (ou une table pour tous) et que les enfants s’assoient directement  pour manger leur goûter.


   4 - Les soins
    
Tout soin donné a l’enfant se rapporte à son corps, les professionnels sont donc constamment dans le respect de la pudeur de chaque enfant. Nous verbalisons tous nos gestes afin d’assurer la sécurité et l’anticipation de l’enfant.
  
   Les soins médicaux 
   - la prise de température : elle se fera en fonction de l’état général de l’enfant. Elle peut être prise frontale ou rectale. Les parents seront avertis lorsque la fièvre atteint 38°C. Seuls les responsables peuvent faire cet acte toutefois si une animatrice est auxiliaire de puériculture elle pourra l’effectuer sur délégation d’une responsable. Une panière est là pour accueillir les antipyrétiques et un cahier d‘administration médicale.
      - les bobos : il sera utilisé seulement de l’eau, savon et glace, le principal étant la prise en charge émotionnelle de l’enfant. Tout le personnel peut gérer les bobos par délégation des responsables.
   
   Les soins du change et la propreté

Les professionnels verbalisent en amont à l’enfant qu’il va aller mettre une couche propre, afin de lui laisser le temps de terminer son jeu et de se préparer à ce moment. Il est toujours proposé à l’enfant jamais contraint ; aux professionnels de négocier et de savoir faire preuve de savoir faire. 
Pour les plus petits un change est proposé à chaque coucher et lever de sieste mais également à chaque selle et lorsque l’espace temps entre un change atteint 2 heures. Pendant le change la verbalisation de nos gestes est toujours primordiale, l’enfant peut ainsi anticiper ceux-ci et finir par coopérer 
Pour les plus grands, le change est proposé également à chaque selle et une fois dans la matinée et une fois dans l’après-midi. Nous proposons aussi de faire les changes debout pour les enfants qui deviennent grands et ainsi laisser plus d’autonomie. 
Pour les enfants qui commencent à aller sur le pot ou les toilettes, ceux-ci leur sont proposés mais il est indispensable que la maison soit le début de la proposition et /ou du retrait de la couche. L’enjeu de la propreté est affectif et les professionnels ne se substituent en aucun cas aux relations affectives de la maison. La crèche ne sert que de relais de la maison et non l’inverse. Seul l’échange entre parents/professionnels peut nous renseigner et accompagner au mieux l’enfant. 
Les enfants qui sont propres en sont acteurs donc le pot ou les toilettes sont à leur demande.


   5 - Le sommeil

 

Le sommeil est important et nécessaire il est donc indispensable de respecter le rythme de chaque enfant pour son sommeil afin qu’il lui profite au mieux. C’est pendant les échanges parents/professionnels que ces informations doivent passer sur les habitudes et l’évolution de ce rythme. 
Les professionnels seront attentifs et dans l’observation des signes de fatigue pour coucher les plus petits. Ils seront déshabillés et propres, les professionnels s‘adapteront aux méthodes d‘endormissement de chacun et mettront en place la sécurité nécessaire et propre à chacun. Chaque enfant aura son lit attitré. Le lever est fait en fonction du réveil de chacun et accompagné de manière individuelle. 
Les plus grands ont généralement le même rythme soit une sieste en début d’après-midi, ils seront donc, après un temps repère « lecture d’histoire », tous ensemble accompagnés dans le dortoir par un adulte qui restera jusqu’à l’endormissement de tous. (Un enfant qui refuse catégoriquement de dormir ne sera pas forcé, mais on lui proposera un temps calme et on s’adaptera à chacun dans le respect de l’enfant). On ne réveillera pas un enfant qui dort. Seules les familles peuvent prendre cette responsabilité quand elles arrivent.
Le levé des plus grands est par conséquent échelonné en fonction du réveil. 
   
   6 - Le jeu
 
« Jouer doit être un acte spontané et non l’expression d’une soumission ou d’un acquiescement. C’est en jouant, et peut-être seulement lorsqu’il joue, que l’enfant est libre de se montrer créatif » D.W. Winnicott

C’est en respectant cette expression que notre accompagnement se fera, l’équipe prône le libre choix. 
L’enfant a besoin dans sa construction physique et psychique de jouer librement sous le regard bienveillant de l’adulte. 
Là est la place du professionnel, apporter suffisamment de sécurité affective et physique pour permettre à l’enfant de jouer. L’adulte regarde un enfant jouer, le soutien dans ses expériences, le stimule mais n’intervient que si l’enfant en fait la demande. Il est également garant des interactions entre enfants, en les verbalisant avec eux. 
L’aménagement de l’espace doit être porteur de cette démarche. 
Celui-ci propose un panel de choix d’expériences (construction, imitation, symbolique, motrice, etc.) 
Le mélange des âges dans la même pièce de vie freine la mise à disposition de certains jeux et expériences créatives (tels que la peinture, le collage, le dessin, les puzzles, etc.) 
À l’adulte d’être à l’écoute et dans de l’observation afin de repérer leur envie pour les jeux non disponibles. 
Les professionnels vont également inspirer une thématique aux enfants pour susciter chez eux des envies d’agir. Ces thématiques seront mises en avant pour une durée variable dans le temps en fonction de l’accroche des enfants (exemple : créer des animaux, des véhicules, etc…). 

 

Certains jeux sont régis par des règles pour que les enfants puissent pleinement profiter (repère, sécurité, individualité). Ainsi chaque professionnel verbalisera ce cadre avant de débuter afin que chaque enfant s’en saisisse et les respecte avec son individualité (certains vont être dans la transgression afin de s’affirmer, d’autres vont mal interpréter et redemander les consignes, etc.). Ce cadre permet outre l’épanouissement de chaque enfant d’être dans une cohésion de groupe, et en grandissant les professionnels les amèneront vers de la coopération.


                                                       Nos réflexions s’enrichissent au fil du temps et peuvent aboutir à d’autres projets.

  

   7 - Les sorties
    
Elles sont importantes, elles permettent aux enfants de s’ouvrir au monde qui les entoure, de les rendre curieux et de rencontrer d’autres personnes. 
Certaines sont adaptées pour tous les âges ; les balades dans le village, aller chercher le pain à l’épicerie, … 
D’autres ne sont adaptées qu’aux plus grands car leur besoin de sécurité et de repère est plus ouvert qu’avec les plus petits. Le but est qu’ils profitent au mieux et ne pas générer de l’angoisse. 
Ces sorties sont la bibliothèque (1fois/mois), la ludothèque (1fois/mois), les passerelles crèche/écoles (en fin d’année), les jeux d’eau à la crèche de Puybrun et autres sorties exceptionnelles (cinéma, visite d’un lieu, marché de Bretenoux etc.) 
Certaines sorties font également partie d’une réflexion précise et des projets sont donc écrits pour les définir (ils sont également voués à s’enrichir en fonction des bilans annuels). 
   

 

Ce projet est une tendance idéale adaptée au quotidien et cas particulier rencontré à la crèche avec l’idée que l’enfant soit toujours le centre de l’accompagnement. 
Celui-ci n’est pas figé, la réflexion autour de ce projet sera revue chaque fois que l’enfant y trouve un meilleur intérêt.


Règlement de fonctionnement de la crèche

Télécharger
Réglement de fonctionnement de la crèche
Réglement de fonctionnement Janvier 2018
Document Adobe Acrobat 312.6 KB